Ici tu peux télécharger certains communiqués du GARAP (Groupe d’Action pour la Recomposition de l’Autonomie Prolétarienne), prêts pour être imprimés dans un format de brochure pliable A5 ou sous forme de tract (en pdf).

D’autres textes du GARAP viendront régulièrement se joindre à cette liste.

Sur le site du GARAP l’ensemble des communiqués en format normal, des fiches de lectures, du matériel théorique (glossaire) et des stickers sont consultables et téléchargeables.

 

Brochures :

Pour télécharger, clic-droit sur le titre puis enregistrer le fichier.

 

Lettre à Nour (brochure pliable)

Lettre A Nour (page par page)

Considérations sur le sous-fascisme et son époque

Sommaire :

  • La « toile » et ses araignées
  • Capitalisme identitaire et extrême-droite du capital
  • De la gauche (et son extrême) du capital comme foyers de recomposition du sous-fascisme
  • La doctrine sociale de l’Eglise, bréviaire du capitalisme identitaire
  • La sémantique, théâtre d’une bataille de classe : « l’islamophobie »
  • De la nécessité de clarifier, par le verbe et les actes, la perspective communiste

 

Méditerranée : cimetière des prolétaires

« Le capitalisme n’est pas seulement un système condamné à s’enfoncer dans la crise, il est avant tout une guerre économique permanente qui enfonce l’humanité dans l’horreur, chaque jour un peu plus. Cette guerre fait son lot quotidien de prisonniers, de blessés et de morts. Après avoir survécu à l’odyssée que représente la traversée de la Méditerranée, sur des embarcations précaires, certains prolétaires se retrouvent enfermés dans des lieux «d’accueil», centres de concentration modernes, surveillés par des militaires, en attente pour la plupart d’être renvoyés dans leur pays. Mais d’autres n’ont même pas cette «chance». […] »

 

Comment renverser les Illuminati ?

« […] La théorie du complot Illuminati est le modèle-type de la camelote sous-fasciste. Kit idéologique de mauvaise facture, elle réclame, chez les clients qu’elle cible, les mêmes dispositions mentales que celles cultivées par le divertissement de masse : réceptivité acritique, dictature de l’émotionnel détraqué, stupidité, grégarisme, haine. Une nuance, cependant, la distingue de la ration spectaculaire standard, et tient en ceci qu’elle est une commercialisation de la peur élevée au degré de la paranoïa, de la séparation du sujet d’avec lui-même et son environnement frôlant la schizophrénie. […] »

 

Coupe du monde de football : soupe immonde du capital !

« […] La FIFA n’est pas qu’une association sportive. C’est aussi une machine de guerre économique qui, en préparation et à l’occasion de la Coupe du Monde se dote de prérogatives qui se substituent à celles de l’État organisateur de l’événement, dont la souveraineté est ainsi provisoirement confisquée. On assiste alors à un calibrage de l’arsenal législatif, réglementaire et répressif selon les impératifs définis par la FIFA et, derrière, les transnationales partenaires. […] »

 

L’Homme Sisyhe ou le prolétaire servile : Critique du prolétariat par des prolétaires enragés

« L’Homme Sisyphe est le produit du capital, il est une conséquence de la société spectaculaire marchande. Il est la forme, avilie et aliéné, de l’homo sapiens sapiens qui a perdu toute conscience réelle de sa condition. Il est le prolétaire le plus servile qui reproduit inlassablement les conditions de son exploitation. […] »

 

Quelques conséquences politiques du phénomène de réification

« […] Pour résumer, parler de réification, ou de fétichisme, de la marchandise dans le monde capitaliste, c’est avant tout pointer le fait que les rapports humains n’ont plus lieu directement mais ont toujours pour intermédiaire des objets, et surtout des marchandises, voire des images. […] »

 

Dresser un nécessaire inventaire des apories de la pensée révolutionnaire

« Pourquoi la Révolution prolétarienne a-t-elle systématiquement échoué dans le passé, à des stades plus ou moins avancés de son développement ? Pourquoi aucune tentative authentiquement révolutionnaire ne s’est-elle produite depuis plusieurs décennies dans le monde ? A ces deux questions, les débris des courants révolutionnaires, marxistes-léninistes (staliniens, trotskystes, maoïstes), anarchistes, autonomes, apportent des réponses visant à préserver les fondements idéologiques sur lesquels ils continuent inlassablement de vivoter, en dépit de leur réfutation permanente par les faits. […] »

 

Les sots râlent et la bourgeoisie se prélasse (2) : Éléments d’introduction à la notion de « sous-fascisme »

« Les différentes thèses ci-dessous réunies forment un condensé d’une analyse plus vaste intitulée « Qu’est-ce que le sous-fascisme ? », toujours en cours d’élaboration. […]
Le sous-fascisme est une cour des miracles policière située aux avant-postes de la réaction institutionnalisée. […] Sa fonction objective réside dans un quadrillage mental des prolétaires les plus exposés aux méfaits du capitalisme. […] »

 

Les sots râlent et la bourgeoisie se prélasse (1) : Exécution sommaire des aboyeuses sous-fascistes

« Depuis quelques années, une coalition d’énergumènes identitaires tente laborieusement d’engrainer les plus crédules issus des classes opprimées (sous-prolétariat, prolétariat, petite bourgeoisie) pour escorter les exactions ad nauseam de l’ultra réaction institutionnalisée. […]
Analyser la pensée d’Alain Bonnet de Soral, plus connu sous le nom d’Alain Soral, est important dans ce contexte de crise économique propice à la propagation de discours fascistes. Ce genre de discours a d’autant plus de risques de gagner en influence que ladite crise a révélé la lâcheté, la veulerie, la trahison des partis de gauche et d’extrême-gauche. […] »

 

Emission radiophonique de présentation du GARAP :

En téléchargement sur le site de radio Vosstanie

 

Brève présentation du GARAP:

Militants autonomes, nous nous inspirons de ce que le mouvement révolutionnaire a produit jusqu’ici de plus radical (conseillisme, Internationale Situationniste, opéraïsme…). Nous ne sommes pas des représentants de commerce : nous ne vendons ni des cartes d’adhérent ni de la critique pseudo-radicale en sachet (pour ça, il y a le NPA !). […]

Ainsi, nous sommes parvenus à la conclusion qui est en même temps le point de départ de notre démarche. Trois facteurs déterminants de notre réalité de prolétaires nous poussent à nous organiser dans une perspective révolutionnaire :

1) Nos besoins vitaux, à l’instar de nos profondes aspirations à vivre librement, c’est-à-dire dans l’égalité économique, politique et sociale, sont définitivement opposés au rapport social de production dominant, le capitalisme.

2) L’unique voie qui permettra de libérer nos vies et de garantir l’épanouissement des générations à venir, tout en écartant le risque protéiforme d’un proche chaos cataclysmique, est celle qui débouchera sur la destruction de la société de classe. En l’empruntant, nous nous mettons collectivement en action, en tant que prolétaires, contre la bourgeoisie et ses défenseurs.

3) Nous devons nous unir sur des bases authentiquement conformes à nos desseins, en cherchant à ne pas répéter les échecs du passé, à éviter les pièges du présent, à contourner les impasses du futur. Nous sommes les fruits de l’Histoire. Ignorer celle-ci c’est méconnaître notre essence même. Synthétiser ce que le mouvement révolutionnaire a jusqu’à maintenant apporté de plus irréfutable, de plus éclairant, est une impérieuse nécessité, non seulement pour saisir pertinemment l’historicité de notre démarche mais aussi et surtout pour lui accorder un degré d’efficacité à la hauteur des défis de notre temps.

C’est pourquoi, nous avons fondé le Groupe d’Action pour la Recomposition de l’Autonomie Prolétarienne. Notre but est de préparer et de contribuer au prochain « coup du monde », qui saura renverser le capitalisme. Nous mettons en œuvre tous nos moyens, toutes nos ressources, toutes nos forces, pour qu’advienne la société sans classes sociales ni Etat ni argent : le communisme.  […]

Tu ne veux pas perdre ta vie à la gagner ? Tu te demandes comment détruire cette société qui te détruit à petit feu ? Tu veux en finir avec la malédiction du travail ? Ou tu te poses juste des questions ?
Contacte-nous.
Hésite-pas, on n’est pas cannibales 😉

 

Sources :

GARAP : communiqué 3, « Etat des lieux »

GARAP : Qui sommes-nous?